Donnons un sens à l'innovation

Chaire e‑Biomed

À la croisée de la médecine, des sciences de l’ingénieur et des sciences humaines et sociales, la chaire thématique e‑BioMed contribuera à placer Sorbonne Universités à la pointe de l’innovation dans le domaine très prometteur de l’e‑santé.

Contexte


Bracelets et mon­tres con­nec­tés pour mesur­er la qual­ité de son som­meil, sa ten­sion ou son activ­ité physique (dis­tances par­cou­rues, calo­ries dépen­sées, pouls, etc.), bal­ances con­nec­tées pour sur­veiller son indice de masse cor­porelle… L’Internet des objets trou­ve un nom­bre crois­sant d’applications dans la san­té. Pour l’instant, ces out­ils sont avant tout dédiés à l’hygiène de vie et au bien-être. La plu­part ne répon­dent d’ailleurs pas aux normes régis­sant les dis­posi­tifs médi­caux. Mais le pro­grès des tech­nolo­gies d’information et de com­mu­ni­ca­tion ouvre aus­si de nou­veaux hori­zons pour l’e‑Santé.

De la télé-exper­tise délivrée par le spé­cial­iste d’un CHU auprès d’un hôpi­tal local au télé­di­ag­nos­tic à domi­cile, en pas­sant par la télé­sur­veil­lance médi­cale des per­son­nes dépen­dantes sur leur lieu de vie, les appli­ca­tions poten­tielles sont mul­ti­ples. Elles con­stituent une réponse clé face aux grands défis socié­taux que sont le vieil­lisse­ment de la pop­u­la­tion, la hausse con­stante du nom­bre de per­son­nes souf­frant de mal­adies chroniques et de poly­patholo­gies, le poids crois­sant des dépens­es de san­té et la mul­ti­pli­ca­tion des déserts médi­caux. Grâce à l’e‑Santé, il est en effet pos­si­ble d’améliorer la préven­tion, la qual­ité des soins et leur acces­si­bil­ité pour tous, mais aus­si la qual­ité de vie des patients, tout en maîtrisant mieux le coût du sys­tème de san­té, notam­ment grâce à la réduc­tion des hospitalisations.

Axes de recherche


La plate­forme e‑BioMed vise à dévelop­per des out­ils con­nec­tés nova­teurs, prin­ci­pale­ment dédiés à la prise en charge médi­cale des patients à domi­cile. Spé­cial­isée dans le traite­ment des sig­naux bio­médi­caux (ECG, EHG, PPG, EDA, son …) et dans l’aide à la déci­sion en se bas­ant sur des sys­tèmes d’apprentissage automa­tique, dif­férents pro­jets col­lab­o­rat­ifs académiques et/ou indus­trielles sont en cours actuellement.

Les travaux ciblent trois thématiques :

  • Le vieil­lisse­ment pour prévenir la perte d’autonomie, pour favoris­er le main­tien à domi­cile en sécu­rité et en con­fort, ou pour amélior­er et per­son­nalis­er les con­di­tions de vie en institution.
  • Le suivi des grossess­es à risque de nais­sance pré­maturée, dont le nom­bre va crois­sant (env­i­ron 60 000 par an en France).
  • Le suivi des sig­naux phys­i­ologiques : pour per­me­t­tre un meilleur suivi des patients à domi­cile et réduire le nom­bre de consultation.

Les prin­ci­pales thèmes étudiés sont :

  • Détec­tion de sit­u­a­tions de détresse en util­isant l’environnement sonore
  • Détec­tion des mal­adies infec­tieuses en util­isant un nom­bre réduit de capteurs
  • Pré­dic­tion de l’accouchement en se bas­ant sur EHG dans le cadre des gross­es à risque
  • Détec­tion du stress en ambulatoire
  • Détec­tion de l’endormissement en sit­u­a­tion de conduite
  • Analyse de la com­po­si­tion cor­porelle pour les patients dyalisés