Donnons un sens à l'innovation

Distinctions de nos membres

Vanes­sa Ble­ich­er a été pro­mue au corps de Tech­ni­ci­enne Biol­o­giste, ce qui cor­re­spond beau­coup mieux aux mis­sions qu’elle rem­plit au sein de l’équipe CBB et sur la méta­plate­forme IngeSysBio.

Dominique Barthès-Biesel a été pro­mue au grade d’officier de l’Ordre Nation­al du Mérite, et l’insigne lui a été remis le 25 mars 2022 par le Pro­fesseur Patrick Le Tal­lec de l’Ecole Poly­tech­nique.
Pour mar­quer l’évènement, Dominique, Cécile Legal­lais et Patrick Le Tal­lec avaient organ­isé une
Journée sur la Bio­mé­canique Insti­tut Poly­tech­nique – UTC
Cette journée s’est déroulée au Cen­tre d’innovation et a rassem­blé un large pub­lic, notam­ment de jeunes chercheurs à qui cette réu­nion sci­en­tifique était par­ti­c­ulière­ment dédiée.

Nico­las Rivoal­lan, doc­tor­ant en 1ère année sur le sujet « Ingénierie tis­su­laire de la jonc­tion ostéo­tendineuse et myotendineuse » (thèse en co-tutelle super­visée par Cécile Legal­lais (BMBI) et Bir­git Glas­mach­er (lab­o­ra­toire IMP d’Hanovre) représen­tait BMBI dans la phase Alliance SU de « Ma Thèse en 180s ».

Nico­las a rem­porté le prix du jury Alliance SU et s’est arrêté le 8 avril 2022 à l’é­tape demi-finale du con­cours nation­al qui avait retenu 58 doctorants.

Le ven­dre­di 4 marsBadr Kaoui, CR2 CNRS à BMBI, a soutenu son HDR intitulée

« Inter­ac­tion flu­ide-struc­ture cou­plée aux phénomènes de trans­port dans des sys­tèmes biologiques et biomédicaux »

devant un jury com­posé de Mohammed Gued­da, Pr, UPJV, rap­por­teur, Marie-Chris­tine Ho-Ba-Tho, Pr BMBI, exam­i­na­trice, Cécile Legal­lais, DR BMBI, exam­i­na­trice, Marc Leonet­ti, DR, Uni­ver­sité de Greno­ble, rap­por­teur et Math­is Plapp, DR, école poly­tech­nique, rap­por­teur (de droite à gauche sur la pho­to).
La sou­te­nance a pu se dérouler en présentiel.

Le numéro de mars de la revue numérique de la DR18 du CNRS a con­sacré sa rubrique « Por­trait de sci­ence » à Pas­cale Vigneron.

Le lien pour accéder à ce por­trait : (https://www.hauts-de-france.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/portrait-de-science-3-questions-pascale-vigneron ). Un por­trait qui met bien en avant le par­cours de Pas­cale mais aus­si BMBI. La recon­nais­sance de l’important tra­vail, trop sou­vent dans l’ombre, des agents CNRS IE ou IR.

Le GDR MECABIO San­té  a été créé en jan­vi­er 2022 et sa pre­mière prési­dence est assurée par Anne-Vir­ginie Sal­sac. Ce GDR co-dirigé par Pauline Asse­mat de l’IMFT à Toulouse et Simon Mendez de l’IMAG à Mont­pel­li­er. L’enjeu du GDR est de con­tribuer au développe­ment des out­ils de quan­tifi­ca­tion mécano-biologique du vivant et des patholo­gies (axe I) ain­si que de mod­èles mul­ti-échelles, mul­ti-physiques (axe II) visant à amélior­er la com­préhen­sion des phénomènes impliqués dans la dynamique com­plexe des patholo­gies et des mod­èles biologiques, et poten­tielle­ment à la pré­dic­tion de leur évolution. 

Cinq doc­teurs BMBI diplômés en 2020 se sont dis­tin­gués à l’édition 2021 du prix de thèse Guy Deniélou qui s’est tenue en virtuel le 28 jan­vi­er 2022, décalée du fait de la pandémie.
Lilan­dra BOULAIS (titre de thèse : Cryo­gel-inte­grat­ed hepat­ic cell cul­ture microchips for liv­er tis­sue engi­neer­ing) et Marie SAPONE (titre de thèse : Con­cep­tion de guêtres ergonomiques con­nec­tées pour la préven­tion des risques loco­mo­teurs liés à l’ac­tiv­ité sportive chez le cheval grâce à l’ap­port de la bio­mé­canique) en lice pour le prix poster.

Abbass BALLIT (titre de thèse : « Opti­mi­sa­tion du proces­sus de con­cep­tion et fab­ri­ca­tion de la pro­thèse de mem­bre inférieur »), Amal ESSAOUIBA (titre de thèse : « Devel­op­ment of liv­er-pan­creas in vit­ro mod­el using microflu­idic organ-on-chip tech­nolo­gies. »)  et Tan-Nhu NGUYEN (titre de thèse : « Sys­tème de sou­tien à la déci­sion clin­ique pour la réha­bil­i­ta­tion de mim­iques faciales ») final­istes au prix de thèse.

Lilan­dra BOULAIS lau­réate du prix poster
Tan-Nhu NGUYEN lau­réat du prix de thèse décerné par l’ARC

Elec­tions en ligne aux instances UTC en novem­bre 2021
Con­seil d’administration : Sabine Ben­samoun et Karim El Kirat   
Con­seil sci­en­tifique Anne-Vir­ginie Sal­sac, Sofi­ane Boudaoud et San­drine Moran­dat
Bureau du Départe­ment Génie Biologique : Jean-François Gros­set, Anne Le Goff, Tim­o­th­èe Baud­e­quin et Quentin Dermigny

Par ailleurs, Anne Le Goff suc­cède à Cather­ine Mar­que (en retraite) en tant que cor­re­spon­dante BMBI auprès de l’école doctorale.

Sabine BENSAMOUN   nom­mée en sep­tem­bre 2021 par la min­istre de l’En­seigne­ment supérieur, de la Recherche et de l’In­no­va­tion, mem­bre de la sec­tion 9 (« Mécanique des solides. Matéri­aux et struc­tures. Bio­mé­canique. Acous­tique ») du Comité Nation­al de la Recherche Sci­en­tifique (CoNRS). La durée de ce man­dat est de 5 ans.
Placé auprès du CNRS, le CoNRS est une instance col­lec­tive indépen­dante. Il est com­posé du Con­seil sci­en­tifique, des 10 Con­seils sci­en­tifiques d’In­sti­tut et des 41 Sec­tions dis­ci­plinaires et 6 Com­mis­sions inter­dis­ci­plinaires (CID).
La sec­tion 9 est présidée par Gioacchi­no VIGGIANI. Elle est com­posée de 14 mem­bres élus et de 7 mem­bres nom­més (https://www.cnrs.fr/comitenational/), et elle est rat­tachée aux CIDs 52 et 54.

Deux doc­teurs BMBI (diplômés en 2019), Ale­jan­dro Gar­cia Gar­cia et Del­phine Morales nom­inés au prix de thèse 2020. La quinz­ième édi­tion du  prix de thèse Guy Deniélou ini­tiale­ment prévue le 3 avril, a été reportée à l’automne.
Ale­jan­dro Gar­cia Gar­cia a fait sa thèse sous les direc­tions de Cécile Legal­lais et Fah­mi Bedoui sur le sujet « Analyse mul­ti-échelle des con­struc­tions de tis­sus mul­ti­couch­es : Inter­faces dans le sys­tème mus­cu­lo squelet­tique basées sur des jonc­tions ostéo­tendineuses fab­riquées par génie tis­su­laire »
Del­phine Morales, sous la direc­tion de Muriel Vayssade, a dévelop­pé des « Mod­èles 3D de mélanome métas­ta­tique pour l’évaluation in vit­ro de l’efficacité de molécules de thérapies ciblées ».

Anne-Vir­ginie Sal­sac fai­sait par­tie des onze équipes sélec­tion­nées pour leur investisse­ment dans la con­duite de pro­jets de trans­fert de tech­nolo­gies aux côtés de la SATT Lutech.

La céré­monie des Trophées Lutech 2020 s’est déroulée le 4 févri­er et chaque équipe sélec­tion­née a présen­té tour à tour son pro­jet inno­vant sous la forme d’un pitch de trois min­utes.

Anna-Vir­ginie, a ain­si évo­qué le pro­jet « Ren­o­valve », qui porte sur un nou­v­el implant per­cu­tané de répa­ra­tion de la valve mitrale ; elle n’a pas « décroché » l’un des 3 Trophées Lutech 2020 mais a obtenu l’un des 8 sec­onds prix avec à la clé une enveloppe de 1000€.

Rap­pelons que la SATT Lutech accom­pa­gne des pro­jets inno­vants issus de lab­o­ra­toires académiques.

Sabine Ben­samoun a été admise en juin au con­cours de « Directeur de Recherche CNRS » dans la sec­tion inter­dis­ci­plinaire « Méth­odes expéri­men­tales, con­cepts et instru­men­ta­tion en sci­ences de la matière et en ingénierie pour le vivant ». Nom­i­na­tion offi­cielle au 1er octo­bre 2019. Cette pro­mo­tion témoigne des rich­es activ­ités de recherche de Sabine et des ses col­lab­o­ra­tions nationales et inter­na­tionales, notam­ment avec la Mayo Clinique.

Sofi­ane Boudaoud est  pro­mu Pro­fesseur des Uni­ver­sités à compter du 1er sep­tem­bre, sur le poste ouvert en 61ème sec­tion au départe­ment de Génie Biologique. Cette pro­mo­tion recon­naît notam­ment les activ­ités de Sofi­ane en tant que respon­s­able de la fil­ière bio­médi­cale pour les ingénieurs UTC, avec des actions à l’international comme Bio­MedIn­nov, et ses activ­ités de recherche au sein de BMBI.

Marie-Chris­tine Ho Ba Tho a été élue mem­bre d’honneur de l’ESB (Euro­pean Soci­ety of Bio­me­chan­ics) à l’occasion du 25ème con­grès de la société qui s’est tenu à Vienne en juil­let dernier.
Jusqu’à présent aucun français ne fig­u­rait par­mi la liste très sélec­tive (seule­ment 12 mem­bres)  des « Hon­orary Mem­bers of the ESB ».

En mai 2019, Cécile Legal­lais a  été nom­mée Cheva­lier dans l’ordre nation­al du mérite.

Les insignes lui ont été remis par Philippe Courtier, directeur de l’UTC, lors d’une céré­monie con­viviale qui s’est tenue le 18 juin.

Après une allo­cu­tion de Philippe Courtier retraçant le par­cours de Cécile, celle-ci a pris la parole pour dire au pub­lic ami venu partager avec elle cette dis­tinc­tion, que si elle avait finale­ment accep­té cette médaille, elle  si peu friande de dis­tinc­tions hon­ori­fiques, c’est parce qu’à tra­vers elle c’est tout un groupe de chercheurs, sou­vent devenus des amis, qui était aus­si dis­tin­gué. Cécile a con­clu par cette phrase : « Nous avons ce priv­ilège, en tant que chercheur : on apprend tout au long de sa vie, mais surtout des autres ».

Pour l’oc­ca­sion, beau­coup des doc­tor­ants de Cécile, anciens et actuels, ont tenu à être présents (pho­to ci-dessous)

La 14ème édi­tion du prix de thèse Guy Deniélou s’est déroulée le 5 avril 2019, sous le par­rainage d’ArcelorMittal. 

Par­mi les 7 final­istes de cette édi­tion du prix de thèse UTC, deux doc­teurs BMBI diplômés en 2018 :

Adrien Léto­cart dont la thèse, dirigée par Jean-François Gros­set et Peter Mag­nus­son, por­tait sur les  “Capac­ités d’adaptations tendineuses à l’entrainement – Effet de l’âge”

et Dori­ane Ves­peri­ni  qui tra­vail­lait sur le sujet  “Bio­me­chan­i­cal study of cells in microflu­idic flow : appli­ca­tion to sort­ing and platelet pro­duc­tion”,  thèse dirigée par Anne Le Goff.

Adrien et Dori­ane ont tous deux fait une excel­lente présen­ta­tion et Dori­ane a eu le plaisir de fig­ur­er par­mi les 3 lau­réats du prix de thèse 2019.

Cécile Legal­lais a été nom­mée mem­bre du con­seil sci­en­tifique de l’Institut des Sci­ences de l’Ingénierie et des Sys­tèmes (INSIS) du CNRS  pour un man­dat de 5 ans.

Lilan­dra Boulais, doc­tor­ante CBB encadrée par Cécile Legal­lais, et Augustin Lere­bours (doc­tor­ant Rober­val co-encadré par Christophe Egles)  ont été  final­istes de « Ma thèse en 180 s » pour Sorbonne Univer­sité.

 Lilan­dra a présen­té « Il était un foie, une puce ! (« J’ai « foie » en toi ma puce ! ») 

(http://college.doctoral.sorbonne-universites.fr/actions/ma-these-en-180s/lilandra-boulais.html)

et Augustin a par­lé de « L’im­pres­sion 3D métal à portée de main » (« Soyez en sûr votre pouce vous rend super, prenez soin de lui ! ») 

(http://college.doctoral.sorbonne-universites.fr/actions/ma-these-en-180s/augustin-lerebours.html).

La finale s’est déroulée le 12 mars et le con­cours s’est arrêté là pour Lilan­dra et Augustin (pas de finale nationale) quoi qu’il en soit, un très beau par­cours et toutes nos félic­i­ta­tions à ces deux doc­tor­ants BMBI…

Anne-Vir­ginie SALSAC est nom­mée Directeur de Recherche CNRS dans le lab­o­ra­toire BMBI à compter du 1er octo­bre 2018. Anne-Vir­ginie dépend de la sec­tion 10 du CNRS ‘Milieux flu­ides et réac­t­ifs : trans­ports, trans­ferts, procédés de trans­for­ma­tion’. Les qual­ités sci­en­tifiques d’Anne-Virginie ne sont plus à démon­tr­er, mais sans aucun doute, son dynamisme et son souci con­stant à dif­fuser le savoir ont con­tribué à cette dis­tinc­tion ample­ment méritée.

Dominique Barthes-Biesel a été élue mem­bre de l’In­ter­na­tion­al Acad­e­my of Med­ical and Bio­log­i­cal Engi­neer­ing (IAMBE), qui est une éma­na­tion de l’In­ter­na­tion­al Fed­er­a­tion for Med­ical and Bio­log­i­cal Engi­neer­ing (IFMBE). Les mem­bres de IAMBE sont élus à titre de recon­nais­sance de ser­vices ren­dus excep­tion­nels pour la pro­mo­tion du génie biologique et médi­cal. Un des rôles de IAMBE est d’en­cour­ager des jeunes chercheurs en début de car­rière, par l’at­tri­bu­tion d’un prix … mod­este mais pres­tigieux! http://www.iambe-ifmbe.or

Toutes nos félic­i­ta­tions à Dominique pour cette nom­i­na­tion par­ti­c­ulière­ment honorifique.

Beau suc­cès pour Paul Quan­tin, qui a soutenu sa thèse début jan­vi­er sur le sujet : Etude du métab­o­lisme cutané des xéno­bi­o­tiques dans un con­texte d’évaluation du risque pour l’homme et dont l’ex­cel­lence des travaux a per­mis qu’il soit retenu par­mi les final­istes pour Sor­bonne Uni­ver­sité du con­cours MT180, « Ma thèse en 180 sec­on­des » est un con­cours inter­na­tion­al de vul­gar­i­sa­tion sci­en­tifique ouvert aux doctorants/docteurs fran­coph­o­nes du monde entier.

Le titre de la présen­ta­tion de Paul Quan­tin pour MT180 était 

« Bien­v­enue dans le monde sauvage de la toxicologie »

Paul nous a livré quelques mots sur cette expéri­ence et don­né le lien pour accéder à la vidéo de sa présentation :

Pour MT180, j’ai été sélec­tion­né pour la finale Sor­bonne Uni­ver­sité qui a eu lieu le 21 mars à l’Au­di­to­ri­um de Jussieu. Pen­dant une céré­monie, devant un pub­lic de 500 per­son­nes, nous étions 16 par­tic­i­pants a pass­er cha­cun notre tour, pen­dant 3 min­utes, pour présen­ter notre pro­jet de thèse à un pub­lic pro­fane. Deux lau­réats ont été sélec­tion­nés par un jury (com­posé d’un jour­nal­iste, d’u­ni­ver­si­taire et de la gag­nante de l’an­née précé­dente) et par le pub­lic. Mal­heureuse­ment, je n’ai pas été désigné par les votes. Cette expéri­ence a cepen­dant été très enrichissante car pour la pré­pa­ra­tion nous avons suivi une for­ma­tion à la prise de parole en public.

Voici le lien de la vidéo de mon pas­sage: lien vidéo

Par­mi les 13 nom­inés au prix de thèse Guy Deniélou, deux doc­teurs BMBI : 

Vin­cent Car­riou dont le titre de thèse est Mul­ti­scale, mul­ti­physic mod­el­ing of the skele­tal mus­cle dur­ing iso­met­ric contractions 

et François-Régis Sahran pour ses travaux sur la Quan­tifi­ca­tion des mou­ve­ments de la mim­ique faciale par «motion cap­ture» sur une pop­u­la­tion de référence

Vin­cent et François-Régis auront l’op­por­tu­nité de présen­ter leurs travaux par poster lors du « Forum des doc­tor­ants » du 6 avril 2018 et ils sont en lice pour l’at­tri­bu­tion du prix poster.

Le pro­jet « Nor­moP­erf » porté par Cécile Legal­lais (BMBI) et Olivi­er Scat­ton (Ser­vice de trans­plan­ta­tion hépa­tique, Pitié-Salpétrière) est lau­réat des 2èmes Trophées de la SATT Lutech ; ce pro­jet con­cerne la mise au point d’un dis­posi­tif de per­fu­sion de foies humains non trans­planta­bles, pro­jet débuté dans le cadre des pro­jets exploratoires de l’IUIS de Sor­bonne Uni­ver­sités. Il a béné­fi­cié récem­ment d’un finance­ment de mat­u­ra­tion auprès de la SATT Lutech.

Cather­ine Lacourt a été nom­mée au grade de cheva­lier dans l’or­dre des Palmes académiques. Une nom­i­na­tion qui recon­nait toute une car­rière au ser­vice de l’ad­min­is­tra­tion de notre UMR, avec un dévoue­ment et une gen­til­lesse à nul autre pareils. Toutes nos félic­i­ta­tions à Cather­ine. (Pho­to du ser­vice com­mu­ni­ca­tion de l’UTC) 

Le pro­jet « Mul­ti­physics study of the dynam­ics, resis­tance and deliv­ery poten­tial of deformable Micro-Cap­sules » défendu depuis quelques mois par Anne-Vir­ginie Sal­sac, a été retenu par l’ERC fin novem­bre, ce qui représente une grande pre­mière pour l’UTC et un immense suc­cès pour Anne-Vir­ginie et son équipe. 

Etudi­er le com­porte­ment de cap­sules déformables à cœur liq­uide grâce à des mod­èles numériques et expéri­ences microflu­idiques sophis­tiqués, dévelop­pés de manière syn­ergé­tique : tel est l’objet du pro­jet ‘Mul­ti­phys­Mi­cro­Caps’, qu’Anne-Virginie Sal­sac va men­er au sein de l’équipe IFSB grâce au sou­tien du Con­seil européen de la recherche (ERC). Ce pro­jet ouvre la voie à la con­cep­tion de nou­velles généra­tions de vecteurs ciblés pour la thérapie. Les Con­sol­ida­tor Grants de l’ERC sont dédiés à la pro­mo­tion de la recherche exploratoire européenne et sont attribués sur le seul critère de l’excel­lence sci­en­tifiqueC’est la pre­mière fois qu’un chercheur de l’UTC est lau­réat d’un finance­ment ERC.

Le pro­jet pro­pose de nou­veaux par­a­digmes pour mod­élis­er expéri­men­tale­ment et numérique­ment le com­porte­ment com­plexe et la défor­ma­tion de micro­cap­sules sous écoule­ment, afin d’optimiser la quan­tité de sub­stance active encap­sulée et d’apporter une alter­na­tive à l’utilisation de nanopar­tic­ules. Grâce à un con­trôle fin des pro­priétés mécaniques des cap­sules lors de leur fab­ri­ca­tion, il sera pos­si­ble de prévenir (ou favoris­er) leur rup­ture et de garan­tir leur pas­sage jusqu’à l’endroit désiré pour le relargage.

Le pro­jet per­me­t­tra de fédér­er un grand nom­bre de col­lab­o­ra­teurs et d’allier des par­ties fon­da­men­tales, qui pousseront les con­nais­sances des inter­ac­tions flu­ide-struc­ture à faible iner­tie au-delà de leurs fron­tières actuelles, avec des par­ties appliquées, telles l’encapsulation de sub­stances anti-can­céreuses naturelles pour l’enrichissement de pro­duits alimentaires. 

Anne-Vir­ginie Sal­sac nous dit quelques mots à pro­pos de son aven­ture à la con­quête de ce finance­ment ERC : L’ERC est un pro­gramme « sci­en­tifique blanc » dédié à la recherche exploratoire, qui finance l’ex­cel­lence sci­en­tifique à la fron­tière des con­nais­sances » : telle est la mis­sion de l’ERC … et le défi auquel on fait face pour répon­dre à ses appels à pro­jets. Le chal­lenge est de trou­ver la péréqua­tion entre aven­ture sci­en­tifique dans le Nou­veau Monde aux fron­tières des con­nais­sances actuelles et fais­abil­ité du pro­jet à l’horizon de 5–6 ans. Rédi­ger un pro­jet ERC est ain­si, en soi, un exer­ci­ce ô com­bi­en for­ma­teur, tout comme peut l’être la pré­pa­ra­tion de l’oral. 

L’oral fait par­tie de la 2ème phase de l’expertise des pro­jets ERC. Dans la phase 1, seul le doc­u­ment court (5 pages) qu’on a envoyé est exper­tisé par une dizaine d’experts dans le monde. A l’issue de cette phase, trois fois plus de pro­jets que de finance­ments disponibles sont retenus pour l’oral. Le jury s’appuie ensuite sur le doc­u­ment long (15 pages) qu’on a envoyé et sur l’oral pour faire le choix final. Rien ne peut être lais­sé au hasard lors de la pré­pa­ra­tion à l’oral, car le nom­bre de dia­pos­i­tives est imposé, ain­si que les durées accordées pour la présen­ta­tion et les ques­tions-répons­es avec le jury. 

Tout ce chemin est bien ardu, mais quand je le regarde en rétro­spec­tive, je me dis que la force des pro­jets ERC est sûre­ment ce ‘voy­age’, et ce quelle qu’en soit l’issue.

En décem­bre le jour­nal « Le cour­ri­er Picard » a men­tion­né l’ob­ten­tion de cet ERC :

Malek Kam­moun de l’équipe C2MUST a obtenu le pres­tigieux «Young Inves­ti­ga­tor award» au con­grès ASBMR 2017 «Amer­i­can Soci­ety of Bone and Min­er­al Research» qui est le plus grand con­grès (4000 par­tic­i­pants, 50 pays, 1600 com­mu­ni­ca­tions orales) pour la recherche sur le tis­su mus­cu­lo-squelet­tique. Son tra­vail inti­t­ulé « Loss of TIEG expres­sion results in defec­tive skele­tal mus­cle struc­ture and func­tion with asso­ci­at­ed impair­ment of mito­chon­dr­i­al bio­gen­e­sis » a été récom­pen­sé par­mi les 57 prix attribués. 

Début sep­tem­bre, Cécile Legal­lais a été nom­mée direc­trice par inter­im de l’UMR BMBI.

Mat­tia PASQUA, doc­tor­ant C2B, a reçu le prix « Best stu­dent con­tri­bu­tion » lors de la « 25th Inter­na­tion­al Con­fer­ence on Bioen­cap­su­la­tion » organ­isée par le  » Bioen­cap­su­la­tion Research Group  » à La Chapelle sur Erdre (Nantes), du 3 et au 6 juil­let 2017.

Mat­tia a reçu son prix des mains de Madame Brigitte Pon­celet de Smet, secré­taire sci­en­tifique du congrès.

Le 10 juil­let 2017, les insignes de Cheva­lier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur ont été remis à Marie-Chris­tine Ho Ba Tho par Philippe Courtier, Directeur de l’UTC lors d’une céré­monie très émou­vante qui s’est déroulée au Cen­tre de Trans­fert de l’UTC. Dans la Let­tre BMBI N° 10, quelques pas­sages du dis­cours pronon­cé par Marie-Chri­tine à cette occasion

Le 10 juil­let 2017, les insignes de Cheva­lier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur ont été remis à Marie-Chris­tine Ho Ba Tho par Philippe Courtier, Directeur de l’UTC lors d’une céré­monie très émou­vante qui s’est déroulée au Cen­tre de Trans­fert de l’UTC. Dans la Let­tre BMBI N° 10, quelques pas­sages du dis­cours pronon­cé par Marie-Chri­tine à cette occasion

Ilyesse BIHI, post­doc­tor­ant IFSB a reçu le Prix Pierre Isoard, lors du con­grès Con­t­a­min­ex­pert 2017 – Paris 28 au 30 mars . Ce prix, attribué par le con­seil sci­en­tifique de l’Association pour la Préven­tion et l’Etude de la Con­t­a­m­i­na­tion (ASPEC), récom­pense le tra­vail d’un jeune chercheur dans le domaine de la con­t­a­m­i­na­tion par­tic­u­laire, biologique ou chim­ique. Ilyesse a été récom­pen­sé pour son tra­vail de thèse mené à l’université Lille1 et l’université de Floride sur le décrochage des micropar­tic­ules d’une sur­face grâce aux con­traintes de cisaille­ment et aux forces d’interfaces liq­uides dans un écoule­ment diphasique.

Le 11 jan­vi­er 2017, le prix « Appli­ca­tions des nou­velles tech­nolo­gies à l’anatomie » décerné par l’Académie Nationale de Chirurgie a été remis à Stéphanie DAKPE pour ses travaux de thèse sur l’ « Etude bio­mé­canique de la mim­ique faciale. » Le prix lui a été remis par Hen­ri Judet orthopédiste réputé et fils de Jean Judet, inven­teur de la 1ère pro­thèse de hanche. Les directeurs de thèse de Stéphanie, Marie-Chris­tine Ho Ba Tho et Bernard Devauchelle  sont égale­ment sur la pho­to. Pour voir et écouter la très intéres­sante présen­ta­tion de Stéphanie : https://www.youtube.com/watch?v=SJ7uIBxfMAQ&t=64s

Anne-Vir­ginie SALSAC a reçu le 14 novem­bre 2016, les insignes de cheva­lier dans l’ordre nation­al du mérite. Ces insignes lui ont été remis par Patrick Le Tal­lec, Pr à Poly­tech­nique, après un hom­mage ren­du par Alain Stor­ck, Directeur de l’UTC puis par Yves Rémond, Directeur Sci­en­tifique Adjoint du CNRS. 

Quelques pho­tos de la céré­monie qui s’est déroulée à l’UTC. Vous pou­vez retrou­ver le dis­cours pronon­cé à cette occa­sion par Anne-Vir­ginie dans la Let­tre BMBI N°9.

La 11ème édi­tion du prix de thèse Guy Deniélou s’est déroulée le 11 avril 2016 et une fois encore un doc­tor­ant BMBI a ter­miné lau­réat de ce con­cours organ­isé par l’é­cole doc­tor­ale de l’UTC (3 lau­réats chaque année pour ce prix de thèse Guy Deniélou). Pour cette édi­tion 2016, c’est Tim­o­th­èse Baud­e­quin qui a été récom­pen­sé pour son tra­vail sur le sujet « Car­ac­téri­sa­tion biologique et mécanique d’un sub­sti­tut osseux bio­hy­bride et développe­ment de scaf­folds par élec­tro­spin­ning ».

En 2015,  Anne-Vir­ginie Sal­sac a su qu’elle allait recevoir la très haute dis­tinc­tion qu’est la Médaille de Bronze du CNRS. Elle est assuré­ment par­mi les plus jeunes chercheurs du CNRS ain­si dis­tin­gués puisqu’elle reçoit cette médaille à l’âge de 38 ans. Comme Anne-Vir­ginie a tenu à le rap­pel­er, cette récom­pense pres­tigieuse hon­ore tout le tra­vail du lab­o­ra­toire. Elle a reçu sa Médaille le 8 novem­bre 2015 lors d’une céré­monie chargée de fierté et d’émotions qui s’est déroulée à la Délé­ga­tion Régionale du CNRS à Lille.

En cette année 2015, le nom d’Anne-Vir­ginie fig­u­rait aus­si par­mi ceux des femmes hon­orées par les pres­tigieux trophées des Femmes en Or. En lice dans les caté­gories Inno­va­tion et Trophées du Pub­lic, Anne-Vir­ginie est repar­tie cou­verte d’or après l’annonce des lau­réates à Avo­riaz le 12 décem­bre, elle a, en effet, obtenu le Trophée Inno­va­tion ERDF….  ET  le Trophée du pub­lic.

Le 10 avril 2015 se tenait le Forum des doc­tor­ants de l’UTC et à cette occa­sion l’é­cole doc­tor­ale de l’UTC fêtait le 10ème Prix de Thèse Guy Deniélou qui récom­pense les trois meilleures thès­es soutenues au cours de l’an­née précé­dente. Tonys Dinis a ter­miné lau­réat de ce con­cours, récom­pen­sé pour ses travaux sur la mise au point et l’évaluation d’une «Pro­thèse nerveuse arti­fi­cielle à par­tir de fibroïne de soie pour la répa­ra­tion et la régénéra­tion de nerfs périphériques».